COCAPATA (BOLIVIA)

Tfno: +59 71735313

Párroco: Kazimieriz Chovaniek

Vicario: Stalislas Chovaniek

mail:piaristes@yahoo.fr ; stanchow2001@yahoo.fr

La paroisse de Cocapata a une extension d’env. 7000 km2. Les piaristes desservent plus de 120 communautés rurales avec différents programmes d’évangélisation; surtout aux enfants, aux jeunes et aux adultes.

La zone paroissiale est une vallée située à 3 200 mètres d’altitude, entourée de vallées et de montagnes plus profondes sur 4 800 m. En fait, pour atteindre Cocapata depuis Cochabamba, il faut atteindre 4700 ms. La route est en terre et les 150 km qui la séparent de Cochabamba coûtent 5 heures à faire en 4×4. Le paysage est formé par une chaîne de montagnes et de vallées spectaculaires. Pendant le voyage, vous pouvez voir le mont Tunari avec une hauteur de 5096 mètres. Pendant la saison des pluies, des précautions doivent être prises en raison des glissements de terrain ou de la boue qui se forme en raison de la circulation des véhicules. Le brouillard et les pluies qui transforment la ville en boue et les sommets en neige sont fréquents. Une grande partie de la paroisse fait partie de l’Amazonie bolivienne. Pour cette raison, certains disent que Cocapata est la porte de l’Amazonie.

La paroisse «Nuestra Señora del Rosario de Cocapata» faisait partie du district Vicaría de Yani ou Yanani et sa validité est étroitement liée à la période de boom ou de récession des sièges en or d’Ayopaya. En 1762, Don José Espinosa y Zambrana est nommé curé de Choquecamata et le 15 mai 1822, Cocapata est nommé pour la première fois siège de la paroisse de l’Immaculée Conception de Choquecamata et l’archevêque Fernández de Córdoba atteint sa place dans son visite effectuée peu de temps avant la création du diocèse de Cochabamba.

Au service de la paroisse de Cocapata se trouvent deux piaristes: le père Kazimierz Chowaniec (curé), le père Stanislaw Chowaniec (vicaire) et plusieurs catéchistes des différentes communautés (Zona Quechua et Aimara).

La paroisse compte plus de 120 communautés réparties dans toute la municipalité:

Certaines communautés paroissiales

La communauté paroissiale de la ville de Cocapata dispose d’un internat pour jeunes de San José de Calasanz, de l’école Calasanz (de la maternelle au lycée), d’un centre Calasanz et d’un centre de rencontres catéchistes qui sert également aux divers ateliers de formation non formels (musique, pâtisserie, marqueterie, électricité, cinéma, théâtre de marionnettes, bibliothèque, textile, robotique, peinture) pour les enfants, les jeunes (jeunes du village et de l’internat (avec 150 élèves)) et surtout pour la promotion des femmes et la lutte contre la violence des femmes et des filles.

La paroisse de Cocapata est une région native de quechua et aymara, donc dans la plupart des communautés les langues les plus parlées sont le quechua et l’espagnol ou l’aymara et l’espagnol (bilingue). La population se caractérise par un faible niveau d’alphabétisation.

En ce qui concerne la situation socio-économique, la population est principalement dédiée à l’activité agricole à petite échelle et d’une forme très ancestrale, le manque de revenus entraîne une migration interne et externe importante des parents. Cocapata a une population de 18 000 habitants, dont 99,9% sont démunis.

Concernant la situation de genre, les femmes (représentant 65% de la population) sont fortement discriminées. Les moyens de production sont majoritairement entre les mains des hommes, ce qui entrave l’indépendance des femmes car les terres sont au nom du mari (lorsqu’il y a un titre) et seuls quelques moutons et chèvres sont disponibles comme moyen de subsistance. . Les femmes ont tendance à brouter.

Dans le domaine éducatif, la paroisse de Cocapata compte 12 écoles et plus de 80 écoles primaires dans différentes communautés que nous visitons, promouvant la vie de la foi et recherchant des collaborateurs (en particulier des enseignants et des professeurs) pour nous aider dans la catéchèse.

 

 

PASTORALE

Le travail pastoral est soutenu par 73 catéchistes et est prévu au mois de novembre en tenant compte des dates des visites pastorales et des célébrations des sacrements.

Chaque année, les catéchistes ont 4 réunions de formation de trois jours chacune et sont animées par le Diocese Catechist Formation Center (CADECA). La paroisse est divisée en deux zones: la zone Aymara et la zone Quechua. Des réunions sont organisées deux fois par an dans chaque zone avec toutes les communautés de la zone. Chaque année, la paroisse participe à des réunions de catéchistes et de communautés chrétiennes organisées par le diocèse.

Pour le travail pastoral dans les écoles, nous recherchons des enseignants qui aident à préparer les enfants, les jeunes et les adultes à recevoir les sacrements. Les piaristes les aident avec le matériel et la formation des enseignants.

Les fêtes patronales sont toujours célébrées dans les différentes communautés, comme le festival principal de la Vierge de Rosario à Cocapata, le plus grand festival de la ville. La messe dominicale de Cocapata est diffusée tous les dimanches sur la radio communautaire de la municipalité.

Nous assurons le travail pastoral de l’école Calasanz de Cocapata et du pensionnat San José de Calasanz de Cocapata avec l’aide des enseignants et du mouvement Calasanz. De plus, nous faisons du ministère professionnel dans toutes les communautés et écoles. La distance pour atteindre les communautés, dont beaucoup se trouvent à plus de 5 heures de route sur les chemins de terre, est un grand défi. Nous sommes conditionnés par les conditions climatiques (neige, pluie, boue, glissements de terrain, etc.) routes en haute montagne sans ponts et avec de grandes rivières). Un autre défi est que de nombreux adultes ne savent pas lire; par conséquent, laisser du matériel par écrit est compliqué.

Sur tout le territoire de la paroisse, la connexion Internet est très limitée ce qui entraîne beaucoup de difficultés dans le travail virtuel.

Un autre défi est qu’une bonne partie de la paroisse de la zone tropicale (Amazonie) est peu visitée pour des raisons de distance, de très petites communautés, de manque de routes et de très grandes rivières. Cependant, chaque année, nous essayons d’aller plus loin en découvrant de nouvelles communautés. Nous sommes heureux de voir comment les gens vivent la foi et demandent les sacrements. Nous avons beaucoup d’enfants et de jeunes qui participent aux activités pastorales et l’Eucharistie est célébrée tous les dimanches au pensionnat.

La paroisse organise la pastorale sociale, notamment avec des cours: agriculture, couture, informatique, cuisine. La pastorale des enfants a une place très importante dans la paroisse. Le dimanche, après la messe, les enfants restent dans la paroisse pour peindre les brochures correspondantes pour chaque dimanche, jouer, être ensemble. De plus, ils disposent de la bibliothèque paroissiale où ils peuvent lire ou emprunter des livres pour la maison.

Les enfants et les jeunes ont leur formation de foi et leur préparation aux sacrements. Tous les mercredis, la paroisse organise une séance de cinéma. Nous projetons des films amusants et éducatifs. Ce cinéma va également à différentes communautés.

La paroisse participe à tous les aspects de la vie du peuple et des coutumes traditionnelles, respectant et soutenant la culture traditionnelle de ce peuple andin.

 

 

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información. ACEPTAR

Aviso de cookies