Attentif à la voix de l’Esprit de Dieu

P. Nicolás Zunún Sch.P.

Curé “Santísimo salvador”. San Juan (Puerto Rico)

 

 

 

«La voix de Dieu est la voix de l’Esprit, qui va et vient, touche le cœur et passe, et on ne sait pas non plus quand elle vient ou quand elle souffle. Par conséquent, il est très important d’être toujours vigilant, afin de ne pas arriver inopinément et repartir sans fruit »(EP 131).

Calasanz a été très clair sur le fait que l’Esprit de Dieu agit dans la vie des gens. Il les a non seulement apprises dans les textes d’auteurs spirituels, mais il les a vécues dans sa propre vie. Il a laissé l’Esprit de Dieu le conduire sur le chemin du bien, de la conversion. Il a laissé sa vie « comme un petit bateau » pour atteindre un bon port.

Calasanz a invité ses religieux à vivre ouvertement et à l’écoute de la voix de l’Esprit, car c’est le seul moyen de savoir ce que Dieu attend de nous et de lui répondre selon sa volonté. Sinon, nous gaspillons de l’énergie et ne pouvons pas répondre à l’appel de Dieu. D’où l’invitation de Calasanz: « Il est très important d’être attentif à la voix de l’Esprit. »

Pour tous ceux qui commencent le cours de spiritualité calasanzienne ces jours-ci, il est important qu’ils soient ouverts et attentifs à la voix de l’Esprit, car Dieu peut nous parler à travers ce cours. Bien que cela puisse sembler très simple, je suis sûr que Dieu travaille si nous le laissons agir.

N’attendons pas les grands événements pour savoir que c’est Dieu qui agit. Rappelez-vous le passage de l’Ancien Testament où Dieu parle au prophète Élie, non pas dans le tonnerre ou la tempête, mais dans une douce brise. Dieu vous invite à quitter la grotte où il se cachait pour commencer. Nous savons que Dieu peut se manifester dans différents événements comme il l’a également fait devant Moïse dans un buisson ardent. À travers un événement fort et frappant, plus d’attention est attirée, mais Dieu ne se manifeste pas toujours de cette façon. Souvent, cela se fait en silence et en toute simplicité. C’est pourquoi Calasanz souligne que nous devons être attentifs à ne pas laisser passer la Voix de l’Esprit car nous ne savons pas quand elle vient ou quand elle peut nous quitter et ne pas laisser de fruits.

J’espère que cette brève réflexion sur l’appel lancé par notre saint fondateur est une invitation à nous laisser toucher par cet Esprit de Dieu afin que nous puissions lui répondre avec un cœur prêt à servir et à aimer dans un monde qui en a tant besoin, un monde qui a été corrompu par le péché.

Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de personnes simples, humbles, qui se laissent toucher et accompagnent par la voix de Dieu pour devenir les bâtisseurs de son royaume, afin que nous soyons tous, comme le disait saint Joseph de Calasanz, des coopérateurs de la Vérité, et donc transformer notre société qui a été corrompue par l’égoïsme, l’inégalité et de nombreux autres péchés sociaux. Une société qui s’éloigne de plus en plus des commandements de Dieu, un monde dans lequel, malgré les événements que nous avons vécus, n’est pas capable d’une conversion vers Dieu.

Pour cette raison, frères et sœurs, il est temps de mettre notre fierté de côté et d’ouvrir nos cœurs à cette voix de Dieu qui réclame dans le silence d’un enfant abandonné, face à un vieillard abandonné, seul à la maison ou à l’asile, dans la la douleur de cette personne malade à la maison ou à l’hôpital, cette voix de Dieu qui parle aux yeux de ces jeunes qui n’ont personne pour les aider à aller à l’école pour terminer même l’éducation de base.

Ne laissez pas cette voix de l’Esprit de Dieu s’en aller sans que votre cœur n’éprouve pas sa voix et l’appel qui vous fait aimer et vraiment aimer.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información. ACEPTAR

Aviso de cookies